logo Centre Athena 

PREVENTION - EVEIL - CITOYENNETE

Les projets Les ateliers Les séjours
L'association Objectifs
Approche pédagogique
Organisation
Partenaires

Activités
1 Projet: 3 volets
Projet européen 2012
Ateliers au centre
Ateliers au collège
Ateliers à Port Royal
Animations ponctuelles
Séjours
Séances éducatives

Public
Qui peut participer?
Comment s'inscrire?

La vie du centre
Actualités

Contacts
Contacts
Plan d'accès

tournesol  Les ateliers à Port-Royal des Champs

Le conservateur du musée de Port-Royal des Champs cherche à développer en direction des jeunes de 10 à 13 ans un programme cohérent d’activités mettant en valeur le patrimoine de Port-Royal, ateliers réguliers à l’année : « les ateliers de Port-Royal » en partenariat avec l’APRC et le centre ATHENA.

Une première action intitulée « Un chemin dans les étoiles » a eu lieu sur Port-Royal d’avril à juin 2011 (15 demi journées) et a concerné une quinzaine d’enfants (10-12 ans), jeunes issus de la cohorte de la Réussite Educative des villes de Magny-les- Hameaux, de la Verrière et d’Elancourt.

Projet : « Un chemin dans les étoiles  »

Pour cette première expérience en 2011 le Musée, l’APRC et le Centre ATHENA ont invité les jeunes à un voyage dans les étoiles, entre le ciel et la terre, l’infiniment grand et l’infiniment petit. Cette exploration s’est faite à partir d’outils techniques et artistiques.
Les publics ciblés par cette opération sont des jeunes issus de la cohorte du dispositif Réussite éducative (parcours personnels ou familiaux difficiles qui relèvent d’un soutien psychologique ou d’un accompagnement scolaire adapté).
Chaque groupe de jeunes a été accompagné par un référent parcours qui les suit dans le cadre de la Réussite Educative.

À partir du planétarium du club d'astronomie de Magny-les-Hameaux (Magnitude 78), ils ont pu  découvrir le ciel et les étoiles, apprendre comment Cyrano de Bergerac a imaginé un premier voyage vers la lune, comment les créateurs, de Jules Verne à Méliès et Hergé ont proposé leur propre parcours jusqu'à ce que l'homme se pose lui-même sur la lune. Comment Frédéric Benrath a tenté de saisir par la couleur la nuit et le ciel. Avec le musicien Sylvain Lemêtre, ils ont appris à utiliser les machines musicales de Claudine Brahem et ont tenté d’inventer un parcours sonore destiné à accomapiculturepagner la visite du planétarium avec leurs parents en fin de projet.
Après la découverte des lieux (musée, granges et abbaye) suivie de la visite de l’exposition de Frédéric Benrath, les jeunes ont eu une approche des couleurs et des peintures monochromes. Le groupe a découvert les Ruches sur le terrain et fait connaissance avec les abeilles, participé à une récolte de miel. Une récolte de fleurs et de plantes sauvages a permis une ébauche de fabrication d’un herbier.

Ils ont pu découvrir, fabriquer un cadran solaire et réaliser dans l’atelier gravure les signes du zodiaque, imaginer des histoires en utilisant le Kamishibaï, Une restitution avec une valorisation du travail des jeunes a eu lieu le samedi 18 juin, en présence des parents à l'occasion du concert de Sylvain Lemêtre et Sébastien Clément. Balades en calèche et Feu de la Saint-Jean ont clôturé cette manifestation.

Création d’un Jardin de plantes médicinales à l’abbaye de Port-Royal des Champs (2011-1012)jardin médicinal

Le projet de réalisation d’un jardin de plantes médicinales entre dans une démarche globale, initiée par M. Philippe Luez, conservateur du patrimoine et directeur du Musée national de Port Royal des Champs, démarche destinée à  restituer le paysage historique de l’abbaye de Port-Royal en s’appuyant sur les traces archéologiques encore existantes et la réhabilitation de ses espaces naturels. Le jardin aurait donc les caractéristiques d’un jardin monastique du 17e siècle, tel qu’aurait pu le trouver Denis Dodart, médecin des Solitaires et des sœurs de Port-Royal, contemporain de cette époque.

Le terrain choisi pour la reconstitution du jardin de plantes médicinales correspond précisément à l’implantation d’un ancien jardin maraîcher, devenu propriété de Louis Silvy, au 19e siècle, lorsque l’abbaye de Port-Royal était encore un domaine privé, domaine devenu ensuite propriété de l’Etat. Cette parcelle jouxte de plus non loin un ancien jardin de plantes médicinales, ou « jardin des simples», lequel jouxtait l’infirmerie située dans l’aile sud de l’abbaye janséniste qui recevait jusqu'à 200 personnes par jour à l’époque du Grand Siècle.

Plus récemment, un premier jardin de plantes médicinales a été créé par Sylvain Hilaire et l'association des Amis du Musée au début des années 2000, sur le domaine des Granges, dans l'arrière cour de la ferme, jardin d'évocation, de facture médiévale.

Objectifs

  • Évoquer concrètement l’abbaye de Port-Royal-des-Champs et son paysage historique, en recréant un jardin médicinal, espace incontournable de ce site ancestral.
  • Mettre en place une production artisanale de plantes médicinales, respectueuse des techniques d’antan.
  • Faire découvrir aux jeunes le grand intérêt des plantes médicinales, la façon de les cultiver et de les utiliser.
  • Animer des ateliers pédagogiques autour de cette thématique auprès des écoles mais aussi du grand public.
  • Produire et transformer les produits récoltés afin de sensibiliser aux bienfaits que ceux-ci peuvent engendrer.

La conception et la configuration du jardin

 

La conception

Le jardin de plantes médicinales revêt plusieurs aspects :

  • La fonctionnalité historique

Le jardin a pour fonction de soigner des personnes malades. Sa fonction est donc de préserver la vie, de soulager les maux.

  • L’aspect  pédagogique

jardin médicinalLe jardin est là, en premier lieu, pour découvrir des plantes aux différents stades de leur croissance. Il  permet aussi de comparer des mêmes plantes à l’état sauvage et lorsqu’elles sont cultivées, d’apprendre à les reconnaître et  de connaître leurs vertus.
Le second aspect pédagogique réside dans l’apprentissage de la culture des plantes : comment s’organise la veille de leur croissance, l’entretien des parcelles, la cueillette, le séchage, la conservation et la transformation ?

  • La fonction esthétique

Le jardin se regarde, il doit être beau. Cette fonction esthétique est importante puisqu’il se trouvera sur le chemin emprunté par les promeneurs et les visiteurs. Il témoigne du passé du site et fait le pont vers l’actualité de cet art médicinal.

  • La fonction humaniste

Le jardin possède une dimension profondément humaniste, du fait simplement du travail qui s’y déroule, des plantes qui le composent, de son dessin, de son orientation. Ces aspects ne sont pas sans rappeler les mandalas et leurs fonctions symboliques dans la construction du « moi ».
 « Le jardinage, dans ce cadre, agit sur l’état d’esprit des participants, joue un rôle apaisant tout en stimulant les sens et les émotions, une sorte de jardin thérapeutique…. »

  • La fonction interaction

Le projet touche la totalité du processus de la culture à la transformation. C’est aussi le moyen de concrétiser les interactions entre les végétaux, les insectes et le travail des participants.

La configuration du jardin

Le choix des plantes non toxiques dont la culture est autorisée, s’est fait en fonction de  leurs propriétés médicinales et de leur existence dans le milieu naturel aux alentours du site.

jardin médicinalL’implantation des cultures se fera selon un programme évolutif. Une planche de 1m30 sera gardée le long du mur, puis alterneront des planches de culture de 1,20 m et des voies de circulation de 2m. Dans un premier temps, seules 4 planches seront mises en culture. Par la suite, il sera possible de rajouter trois autres planches.

Afin d’évoquer les jardins du 17ème siècle 4 carrés de 4m surélevés de carrés de 2m de côté seront placés entre deux allées de plantation afin de faciliter la circulation du public et d’apporter une note esthétique à l’ensemble du jardin. Dans ces carrés seront disposées des plantes médicinales présentes sur le site de port Royal (une centaine environ). Une planche de framboisiers et de plantes mellifères sera créée en amont de l’implantation actuelle du rucher.

Les plantes mises en culture dans un premier temps seront : le cassis, l’achillée millefeuille, la sauge, la mélisse, le romarin, l’aurone, l’angélique, la sarriette. Dans un second temps pourront être plantés : la rose trémière (bordeaux foncé), le houblon, la camomille.